Désorientation

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

La désorientation temporo-spatiale est l'incapacité partielle ou totale à se repérer dans l'espace et dans le temps. Ce n'est pas une maladie mais un symptôme. Ce signe est caractéristique d'une confusion mentale, d'une démence.

Découvrons ensemble tout ce qu'il faut savoir sur la désorientation temporo-spatiale et comment y remédier.

Qu'est-ce-que la désorientation temporo-spatiale ?

La désorientation temporo-spatiale est souvent associée à d'autres troubles cognitifs comme les troubles de la mémoire liés aux activités de la vie quotidienne (organiser un repas, le préparer...) ou à la non identification des autres (pourtant connus) voire à l'atteinte de l'identification de soi-même (je ne sais plus qui je suis...).

Elle ne correspond pas à un simple oubli, qui peut être, lui, lié à un surmenage. Elle survient dans un endroit très familier pour la personne qui ne le reconnaît plus, et/ou lorsque la mémoire à court terme devient très défaillante :

  • Elle se manifeste donc par le fait de perdre son chemin, ne pas se retrouver, tourner en rond dans son quartier, poser inlassablement les mêmes questions.
  • Ainsi, la personne mélange les espaces et les différents temps qui ont marqué sa vie. C'est pourquoi, elle vous dira qu'elle doit rentrer chez elle car sa maman l'attend, ou vous dira qu'elle doit prendre le bus pour aller à l'école. Dans certains cas, les pensées semblent se téléscoper, les souvenirs se mélangent...
  • La désorientation dans l'espace évolue par palier. La personne est orientée dans l'espace c'est-à-dire qu'elle sait où elle est, elle connaît les repères spatiaux mais ne parvient plus à utiliser ses repères pour se déplacer pour s'orienter. Puis elle finit par ne plus être orientée du tout.

Causes de la désorientation temporo-spatiale

On retrouve les maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson.

Le syndrome de Korsakoff, trouble neurologique d'origine multifactorielle, dont une carence en vitamine B1 entraîne des lésions cérébrales irréversibles qui se manifestent par des troubles cognitifs, plus spécifiquement temporels au début de la maladie.

Ce syndrome est le plus souvent lié à l'alcoolisme chronique mais aussi à une malnutrition sévère, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une tumeur cérébrale.

Certains médicaments dont certains calmants, somnifères, analgésiques (médicaments contre la douleur tels que la codéine, la morphine...) peuvent être à l'origine de désorientation chez les personnes âgées. Cette désorientation est le plus souvent réversible, cédant à l'arrêt des traitements.

Comment peut-on aider les personnes souffrant de désorientation ?

Aides à la réorientation

Quand la personne ne parvient pas à s'orienter, il est possible d'utiliser la signalétique, les photos (d'elle, de ses proches...), l'utilisation de couleurs (le jaune, le rouge, l'orange, restant facilement visible alors que les couleurs comme le bleu, le vert sont moins repérées).

Réorientation vers la réalité

Cela peut se faire à l'aide d'activités de la vie quotidienne (toilette, habillage, alimentation...) qui permettent à la personne de conserver un rythme de vie, un cadre. Il est important de rassurer la personne en donnant des informations sur le temps, le lieu... sans insister sur les erreurs.

On peut utiliser le temps du passé pour inciter la personne à se rendre compte que l'on parle d'éléments du temps passé ; éléments qui ont bien existé mais qui ne sont plus.

Validation : méthode alternative à la réorientation

Quand la personne ne supporte pas la réorientation, il faut alors utiliser la méthode de la validation.

Il s'agit d'une technique de communication et de soins créée par Naomie Feil, psychologue américaine :

  • Selon elle, les propos du passé permettent peut-être à la personne de régler certains conflits psychologiques anciens.
  • Cela consiste à croire ce que la personne exprime, ne pas la juger, se mettre en empathie (c'est-à-dire être à l'écoute de ses émotions) et la reconnaître comme un individu ayant de la valeur et étant unique.