Escarre

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Le saviez-vous ? L'âge moyen des porteurs d'escarres est de 74 ans environ ! Il s'agit donc ici, vous l'aurez compris, d'une pathologie qui concerne essentiellement les personnes âgées, fragilisées ou dénutries. Leur prévalence est aussi importante chez les blessés médullaires (mœlle épinière) et les personnes séjournant en service de réanimation.

Le point dans notre article.

Escarre : qu'est-ce que c'est ?

L'escarre est une plaie consécutive à une hypoxie (manque d'oxygénation) tissulaire provoquée par une pression excessive et prolongée.

Une pression excessive sur le plan cutané provoque la fermeture des vaisseaux sanguins au niveau cutané ou sous-cutané (selon la pression exercée) entraînant ainsi une hypoxie (déficit d'apport en oxygène). Selon le temps durant lequel s'exerce la pression se constituera ou non une escarre.

L'hypoxie cellulaire est favorisée par des vaisseaux sanguins vieillissants ou altérés par des pathologies telles que :

L'escarre se forme très rapidement car les tissus privés d'oxygène se dégradent très vite, en quelques heures.

Les chocs répétés sur un même point favorisent la survenue d'une escarre, ainsi que les cisaillements qui fragiliseraient également les vaisseaux sanguins.

Les différents stades de l'escarre

Le développement de l'escarre s'opère en 4 stades :

  • Stade 1 : l'escarre se présente sous la forme d'une rougeur ne cédant pas à la pression du doigt ; il n'y a plus de blanchiment de la zone érythémateuse (rouge).
  • Stade 2 : il existe une plaie superficielle ou phlyctène (ampoule).
  • Stade 3 : il existe une plaie plus profonde touchant le tissu sous-cutané avec ou sans décollement périphérique. La plaie peut aussi se présenter sous la forme d'une nécrose qui est une plaque noire souvent dure (tissus morts).
  • Stade 4 : la plaie est très profonde, atteignant une structure noble (os, tendon, prothèse...)

Escarre : différents facteurs de risque

Les différents facteurs de présenter des escarres sont les suivants :

  • troubles de la sensibilité ;
  • problèmes cardiaques ;
  • dénutrition ;
  • corticothérapie au long cours ;
  • dispositifs médicaux mal installés et pouvant créer des pressions sur certaines parties du corps ;
  • patients âgés souvent fragilisés par de multiples pathologies, qui ont une perception de la douleur parfois un peu altérée et une mobilité moindre si bien que durant leur sommeil, au lieu de bouger toutes les 20 minutes environ, ils peuvent rester immobiles pendant 2h voire plus ;
  • mauvaise installation, qu'ils soient en position assise ou couchée ;
  • support inadapté : soit trop mou soit trop dur ;
  • incontinence qui crée un milieu humide propice à la macération et donc à l'altération de la peau ;
  • transpiration excessive peut aussi provoquer un phénomène de macération.

Si avec le temps on a pu identifier les patients à risque, prévention et surveillance concernent tous les patients !

Traitement de l'escarre

Le traitement sera adapté au stade de l'escarre. À chaque stade correspond l'utilisation de pansements spécifiques. Afin d'éviter ou juguler une infection, il convient de nettoyer la plaie au sérum physiologique et d'éliminer tous les tissus nécrosés (morts). De toute façon, la cicatrisation ne pourra se faire si la plaie n'est pas correctement détersée (nettoyée de tous tissus morts).

En complément des pansements, certaines mesures doivent être prises :

  • décharge des zones d'appui à l'aide de matériel spécifique (coussin à mémoire de forme, surmatelas ou matelas à air, coussin à air...) ;
  • changements de position toutes les 2h (pour les personnes dépendantes) ;
  • correction des facteurs de risques identifiés (prescription de produits hyperprotéinés, alimentation enrichie...).

Prévention des escarres

Il existe des échelles de prévention (ex : échelle de Braden) permettant d'identifier le risque d'escarre. Selon le résultat indiqué par l'échelle, la prévention passera par l'utilisation de matériel comme les coussins et matelas anti-escarre. Un bilan sanguin peut être fait afin de vérifier si la personne souffre de dénutrition.

Des effleurages réguliers doivent être pratiqués au niveau des points d'appui. Il est également important de veiller à une bonne hydratation de la personne.